Aujourd'hui, j'adopte un mot!

Publié le par Lyskald

La communauté "Adoptez un mot" propose une initiative intéressante en ces jours où le virus "Essemesse" a conquis les jeunes et les moins jeunes en mal d'orthographe.  L'idée est de recueillir un mot comme on sauve un naufragé, d'en prendre soin, de lui consacrer un moment de sa vie en découvrant l'histoire de ce mot ou tout simplement en parlant de lui.

Alors j'avoue, j'ai succombé. Dès lors que mon esprit se mit en tête d'adopter un mot, ils vinrent par dizaines toquer à mes neurones. Les adopter tous serait fantastique, d'ailleurs n'est-ce pas le propre de l'écrivain que d'accueillir les mots errants afin qu'il leur offre l'abri de son récit? Mais je m'égare. Puisqu'il ne faut en choisir qu'un seul, même si le concept dit de cette façon à un arrière-goût d'Highlander, j'ai pris la peine de penser les mots qui résonnaient en moi. Trois sortirent du lot.

Il y eut tout d'abord, pâmoison, de l'expression tomber en pâmoison puis une licorne apparût, comme la chimère qu'elle est, dans les brouillards de mon cerveau en mode "réflexion du matin", enfin la métaphore se glissa subtilement pour me rappeller à son bon souvenir. Sûrement le souvenir des bancs de l'école où l'exemple favori des professeurs pour nous expliquer le sens de métaphore était ce vers de Paul Eluard, "la Terre est bleue comme une orange".
Si les mots ont un sens commun voire une acception propre selon le contexte qu'on leur donne à picorer, ils ont aussi le goût, la couleur, le parfum des souvenirs auxquels on les attache. Du moins, n'attachez pas trop solidement car le mot reste libre de sa destinée, nulle laisse ne saurait le retenir éternellement. 

Ainsi, à force de m'éprouver dans cette saine torture cérébrale - et matinale - je finis par tomber en pâmoison pour pâmoison. La tournure est facile, je vous l'accorde. Mais pourquoi donc ce mot-ci plutôt que les deux autres? La réponse se trouve en filigrane dans mon imaginaire.

La pâmoison, c'est penser à ces poètes tels Verlaine, Mallarmé, Rimbaud, Baudelaire, Lamartine... et se croire un instant dans les méandres de leur XIXème siècle, celui qu'ils nous dépeignent, parfois fantasmé, sombre, tyrannique ou rêvé.
La pâmoison en elle-même est un mot doux à mon oreille auquel les rimes viennent se greffer naturellement. Je pense à saison - automne et hiver notamment, toison dans le sens d'une chevelure aux reflets mythologiques, déraison car il faut bien être déraisonnable pour tomber en pâmoison... Et si je prends mon dictionnaire de rime, je tombe au hasard sur floraison (la fleur se pâme souvent lorsque le soleil décline, liaison (dangereuse?) lunaison (les métamorphoses fantastiques...), morte-saison (dans les bois?), poison (sorcellerie?)...
C'est toujours ainsi, un mot ne reste jamais longtemps vraiment seul.. Que ce soit dans le champ lexical, chez les synonymes ou bien dans les rimes, un mot possède toujours une famille. Grâce à lui, ou plutôt à cause de lui, je pars dans cette digression alors que je n'ai même pas donné sa fiche d'état civil.

Alors cherchons dans le Wiktionnaire:

Nom commun

pâmoison féminin

  1. (Ironique) Action de se pâmer.
    Tomber en pâmoison.

Bon, ça n'aide pas plus, nous savons déjà pour être en état de pâmoison, il faut en tomber! Qu'en disent-ils sur le Petit Larousse ( de 1992, il n'est pas de toute première jeunesse !):

Pâmoison
: nom féminin. Vieilli ou Littéraire. Evanouïssement, syncope. Tomber en pâmoison.

Ici, on en sait plus au point que la pâmoison devienne dangereuse. Même mieux, acoller les termes Vieilli et Littéraire relève un peu de la provocation ou de l'anecdote. Oui, c'est un vieux mot mais il est tellement plus doux à entendre que d'autres comtemporains, trop usités, déformés, sans goût et anonyme, en fin de compte. 


Conclusion:
J'adopte pâmoison et ne craint aucunement la syncope. Je me suis déjà trop énamourée des mots pour craindre ou me venger de leurs effets secondaires. Le mot a été sauvé dans le Refuge des Mots.

Publié dans Biographie des mots

Commenter cet article

Naara 11/09/2007 13:57

Coucou la Miss!Tiens tiens , interressant ! Je vais voir pour adopter un mot qui me ressemble :-) Superbe idée que voilà !

Lyskald 11/09/2007 15:00

Mreci d'être passée Naarette, ça me fait très plaisir ! Trouver un mot qui te ressemble, j'ai pas d'idées en dehors de -venue-d'une-autre-planète ! Bisous, A plus!

nadia-vraie 05/09/2007 22:29

Comme tu écris bien,j'aimerais beaucoup avoir ton talent.C'est un beau mot que tu as choisi,je l'entends parfois.

Lyskald 05/09/2007 23:40

Merci encore, à vrai dire comme je l'explique, ça peut paraître idiot mais je ne l'ai pas choisi, il s'est détâché des autres. Il m'a semblé qu'aujourd'hui c'était un mot oublié, c'est bien dommage je trouve. A bientôt!

nymphéa 05/09/2007 14:26

J'aime beaucoup ton article et tes "délires" ,tu en conviendras ma pâmoison n'était pas mal placée ...Quand à raisiné,si tu avais entendu du latin à la messe , enfant, tu me comprendrais! A+ !

Lyskald 05/09/2007 17:23

Merci :) Oui, pâmoison était très bien placé même, j'ai adoré l'humour du feuilleton. Oh je n'ai pas eu droit aux messes en latin, je ne m'en plains pas! A bientôt!

pol 04/09/2007 15:14

hello
merci de nous avoir rejoint et bienvenue.
L'adoption n'est pas limitée à un seul mot;je souhaite simplement si possible un mot par jour, par visite, article pour la gestion cela me parait plus simple.@ bientôt

Lyskald 04/09/2007 15:24

Merci de m'avoir acceptée :) Un mot par jour, cela ne me dérange absolument pas, bien au contraire. sauf en cas de panne internet bien sûr! A bientôt ...